Le jour de la Nuit

Samedi 9 octobre 2021, la municipalité organisait pour la première fois « Le Jour de la Nuit », un évènement national de sensibilisation à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et à la beauté du ciel étoilé, tout en luttant contre le gaspillage énergétique. Retour sur une soirée au bord de l’étang, éclairage public éteint pour l’occasion.

« Un tiers de la population mondiale ne voit plus la voie lactée ! La pollution lumineuse n’est pas une simple gêne, mais bien un réel problème qui a des conséquences souvent irréversibles sur les écosystèmes et l’être humain, explique Stéphanie Bruzzese, chargée de développement des démarches environnementales. Les oiseaux migrateurs n’ayant plus accès au ciel étoilé perdent leurs repères de navigation. En saison estivale, 150 insectes meurent chaque nuit par point lumineux, d’épuisement ou brûlés par la chaleur : la pollution lumineuse est la deuxième cause de mortalité des insectes après les pesticides. »

Elle a  également un impact sur la flore : la photosynthèse est dégradée, la germination est perturbée et la pollinisation nocturne ne peut s’effectuer correctement par les papillons de nuit.

Chez l’être humain, les troubles du sommeil provoqués par l’éclairage constant engendre une baisse de production de mélatonine, une hormone essentielle produite la nuit en l’absence de lumière et qui règle notre rythme biologique. C’est un puissant antioxydant qui joue un rôle important sur notre système immunitaire, dans la prévention du développement de cancer et de troubles dépressionnaires.  

Depuis la première édition du Jour de la Nuit en 2009,  plusieurs communes participantes ont mis en place des actions concrètes pour réaliser des économies d’énergie et communiquer auprès d’un public de plus en plus sensibilisé. En France, aujourd’hui plus de 12 000 communes éteignent déjà leurs éclairages publics la nuit. Des études montrent qu’il n’y a pas plus d’accidents de la route sans éclairage, ni de délits.

Au niveau de la réglementation, les maires n’ont pas l’obligation d’éclairer leur commune.  Ils peuvent demander une extinction des lumières en pleine nuit et réduire sensiblement leur facture.

A Bellenaves, « nous avons en projet une réduction de la durée d’éclairage qui se fera en concertation avec la population, précise Hugues De Collasson, adjoint au maire. En coupant l’éclairage de 23h à 7h, au lieu de minuit à 6 heures tel qu’actuellement, nous pourrions faire une économie de 2000 € environ. En parallèle, nous envisageons un partenariat avec SDE 03 qui offre une possibilité très intéressante : un financement à 80% pour remplacer les ampoules les plus anciennes par des LED. Le retour sur investissement serait très rapide. »

Festivités

Après la présentation sur la pollution lumineuse et son impact, autour d’un feu de camp, Pascal Pinel, auteur du Bourbonnais, lisait à une cinquantaine de participants « Les promeneurs du crépuscule », un conte superbement illustré par Vannina Van Schirin.
Les enfants ont ensuite cuit des guimauves au-dessus du feu, pendant que les plus grands dégustaient les tisanes proposées par Armelle, Le Camphrier, boutique locale de plantes sèches aromatiques et médicinales.

Xavier Thabarant, guide nature de l’association Lézard Vert, a ensuite présenté le chant et les spécificités d’une quinzaine d’oiseaux nocturnes comme les chouettes, les hiboux, l’engoulevent.

Le groupe a terminé la soirée en faisant une petite promenade nocturne autour de l’étang.

www.jourdelanuit.fr Plus d’infos sur les démarches environnement à la mairie de Bellenaves : 04.70.58.39.75.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Aller au contenu principal